Abstract

Le tandem a fait la preuve de son efficacité didactique dans l’apprentissage d’une nouvelle langue. Les trois axes pédagogiques suivants: réciprocité, responsabilité et autonomie sont définitoires [1] et révèlent une dimension secondaire, mais significative pour la nouvelle langue, à savoir la zone identitaire du groupe d’appartenance du colocuteur. Souvent associé à l’immersion linguistique, le tandem redéfinit en arrière-plan les coordonnées sociales et culturelles inhérentes à la langue qui est apprise. L’étudiant immergé ne reconnaît pas, ni ne reprend, mais il reconstruit le portrait de groupe. En effet, il ne s’agit pas là d’une représentation objective d’une communauté, mais de la perception, qui elle, est inévitablement subjective, des symboles, clichés, mythes et archétypes plus ou moins conventionnels, mais qui sont cependant unitaires et ont une valeur identitaire stable. Le projet «Tandem, bilinguisme et construction des savoirs disciplinaires: une approche du FLE/FOS en contact avec les langues de l’Europe Centrale et Orientale» (2012-2014), coordonné par le chargé de cours dr. Aurora Băgiag - UMF «Iuliu Haţieganu»- a archivé une série de documents soit au format classique soit audiovisuel qui comprend des retours d’expérience, des témoignages, des bilans, des rapports et des micro-récits des étudiants français impliqués. Tous ceux-ci esquissent un portrait identitaire cohérent des Roumains, tels qu’il est perçu par les jeunes Français au début du XXIe siècle.

Keywords

Identité de groupe, imaginaire, cliché identitaire, archétypes culturels, modèles de pensée